Le Web évolue sans cesse et depuis quelques années, on assiste à la convergence de plusieurs tendances : le versionnement systématique des projets, la génération de contenus en amont, le déploiement continu, l’hébergement de fichiers sur des réseaux de CDN performants, l’omniprésence de JavaScript côté client grâce notamment à des frameworks qui proposent une approche par gestion d’état de composants, de plus en plus d’APIs de services accessibles dans divers domaines, le lancement de fonctions depuis le cloud, etc.

Ce qu’on résume encore trop souvent à l’appellation « site statique » cache en fait l’adoption d’un nouveau paradigme : le séparation du back et du front et le passage d’architectures monolithiques à des architectures plus modulaires, plus performantes, plus sécurisées et redimensionnables par défaut.

Aujourd’hui JavaScript est en train de remplacer HTML côté client (et aussi de se faire une place côté serveur avec NodeJS). On est passé d’architectures centralisées et monolithiques à des architectures décentralisées et modulaires. Les coûts de développement sont moindres, même chose pour l’hébergement, qui est même la plupart du temps devenu gratuit quand il se contente de servir des fichiers statiques.

Tout cela permet de se recentrer sur le métier, sur sa valeur ajoutée, et de ne pas avoir à maintenir de trop gros systèmes complexes qui ne feront que se dégrader avec le temps.

Si les premiers générateurs ne produisaient que des sites entièrement statiques, aujourd’hui, devant la multiplication de services, la mise à disposition d’APIs et l’omniprésence de composants JavaScript côté client, on obtient des pages statiques qui intègrent des composants dynamiques, le tout hébergé dans le Cloud sur des réseaux de CDN très performants situés au plus proche de l’utilisateur final. La performance fait partie des facteurs différenciants et elle est devenue un atout majeur pour les organisations qui ont compris qu’à l’ère du web mobile, si vous n’êtes pas suffisamment rapides, le taux de rétention sera plus faible.

Lors d’une conférence improvisée au Capitole du Libre, j’ai tenté d’expliquer en 45 minutes comment tout cela était apparu petit à petit en proposant une chronologie rapide et subjective des diverses évolutions qu’à connu le Web de ses débuts à nos jours avec un focus sur :

  • l’apparition de différents formats textes facilement lisibles par les humains et les machines pour représenter des contenus et des données : d’abord HTML puis plus tard YAML, JSON, Markdown, et maintenant JSX.

  • la mise à disposition de nombreux services spécialisés par des startups innovantes et la prolifération d’APIs permettant aux développeurs et aux machines d’interagir à distance avec ces services.

  • l’évolution des requêtes HTTP avec REST et maintenant GraphQL qui permettent d’interagir avec les services web,

  • l’automatisation de la validation et de la publication de modifications, notamment grâce à la gestion de version avec Git et aux plates-formes de déploiement continu,

  • la démocratisation de l’accès au stockage dans le Cloud, grâce à une baisse des prix et une concurrence acharnée des différents acteurs (Amazon, Google, Microsoft, Cloudflare, etc.)

Le logiciel libre a joué un rôle central dans la modernisation des manières de travailler. Aujourd’hui beaucoup d’outils cités, même s’ils sont initiés par des acteurs majeurs comme Facebook, Google, Microsoft ou Amazon, sont développés sous licence libre. Même chose pour les générateurs de site statique Jekyll, Hugo, Gatsby et leurs poursuivants. Le modèle a fait ses preuves, l’open source encourage la collaboration, l’innovation et l’excellence technique. Et la réutilisation. C’est important de le préciser car elle va permettre d’améliorer la productivité des équipes et la fiabilité de l’application.

Dans un monde de services, on trouve davantage de modèle d’affaire freemium : les projets modestes de petite taille avec peu d’intervenants ne paieront pas grand-chose, voire rien du tout, tandis que les plus grosses structures et les gros volumes devront financer le développement et la pérennité du service. Ainsi on facilite l’adoption dans un premier temps des développeurs qui travaillent sur des projets de taille modeste, en espérant que s’ils sont satisfaits du service, ils l’utiliseront aussi sur des projets plus importants au sein de leur entreprise.

C’est donc accessible sur le papier à tout le monde, même si le passage aux dernières technologies est toujours moins simple pour les petites structures, qui ne dédient pas forcément du temps à ce qu’on a longtemps appelé de la recherche et du développement. Ici il serait plus juste d’appeler ça de la formation continue et de la veille technologique, afin de rester à jour dans son domaine.

C’est une aubaine pour les entreprises dont le cœur de métier n’est pas forcément le numérique et qui ont accumulé de la dette technique. Elles peuvent en profiter pour rattraper leur retard en se reposant au moins en partie sur des services tiers (contenus, authentification, paiement, recherche, etc.) et ainsi en rembourser une partie tout en minimisant le coût de fonctionnement et de maintenance de leur propre infrastructure. Pour ces structures, il serait à minima intéressant de procéder à un état des lieux et de comparer les solutions. C’est en réalisant des tests que Smashing Magazine a pu constater les gains et a décidé de migrer.

Ce dont la société Netlify fait la promotion sous l’acronyme JAMstack, à savoir des architectures découplées et décentralisées, peut profiter également aux petites structures, qui n’auront quasi rien à débourser en maintenance et en hébergement, tout en améliorant leur qualité de service. Elles pourront ainsi investir davantage dans une conception centrée utilisateur — la vraie, celle qui va se confronter au réel, pas celle qui se résume à adopter le même look-and-feel que le voisin.

Dans un paysage en constant mouvement, il est parfois difficile de s’y retrouver, la multiplication des technologies, l’abondance de l’offre, la diversité de niveaux d’expériences dans la profession, la difficulté de se projeter ne serait-ce qu’à moyen terme, autant de facteurs qui font que l’on va souvent préférer attendre une adoption et une maturité suffisante avant de songer à franchir à son tour le pas.

Le fait que les entreprises innovantes soient les premières à adopter ces technologies est somme toute logique, toutefois cela devrait mettre la puce à l’oreille des développeurs web et de leurs clients : les choses bougent, et en 2018 avec tout ce qui s’est passé depuis 5 ans, on peut affirmer avec certitude qu’il n’y a pas que WordPress, Joomla ou Drupal qui permettent de développer des sites web. Mieux, les alternatives présentent de sacrés avantages. Et vu les performances affichées et ses impacts positifs, la concurrence va faire qu’il va falloir considérer tous les leviers disponibles pour améliorer la qualité de son site. Les architectures découplées en font clairement partie, et devraient continuer à voir leur adoption progresser dans les années qui viennent.